Thérapie essénienne

La thérapie essénienne

Historique, étymologie

Les racines de la thérapie essénienne se trouve fort logiquement chez les Esséniens. Les Esséniens font partie de la communauté juive. Ils succédèrent aux heliomonistes, pourchassés par les Sumériens (Irak actuelle, 4ème et 3ème millénaire avant J.C). Ils ont prospérés à partir du 2ème siècle avant JC. Ils furent reconnus après la découverte des manuscrits de la mer morte (1947).

Selon Philon d’Alexandrie : la Société essénienne est une société idéale (discipline de vie en accord avec la tradition juive) habitant les campagnes (pour rester en prise avec la Nature) et fuyant les villes considérées comme des lieux de perdition. Vivant sans argent, ce sont des modèles de piété et de sainteté. Ils mettaient en pratique une vie en conscience dans un cadre éthique. Ils renoncent aux richesses et aux vanités de ce monde, ils partagent tout, ne fabriquent ni utilisent d’armes. Ne parlent pas sans rien dire. Parlent de tout librement et sans tabou avec une grande largeur d’esprit.

L’étymologie d’esséniens est variée : les silencieux, les pratiquants, les guérisseurs….

La philosophie essénienne

Les Esséniens, à l’origine de la thérapie essénienne, sont proche de la Terre et du Cosmos, ils pratiquent la méditation (pont entre le visible et l’invisible), la prière (sous formes de mantra), la contemplation.

Ils rassemblent l’ensemble des connaissances disponibles à leur époque. Ces outils nous viennent de 50 000 ans de soins : l’Atlantide, la Lémurie, l’Egypte (époque d’Akhenaton et d’Aménophis 3), les Heliomonistes puis les Esséniens.

Plus que des outils, c’est développer en soi : l’Amour, l’empathie, la compassion. Puis œuvre en triangle entre le divin, le patient et le thérapeute. Prendre contact avec l’aspect sacré de l’Être Humain et retrouver avec lui son essence de Vie. Pour le thérapeute, le travail sur soi est essentiel afin de découvrir nos zones moins lumineuses et observer nos propres blessures : futurs outils de croissance et d’évolution.

C’est une tournure d’esprit commune à la base d’un rassemblement des peuples et des religions.

Thérapie essénienne : philosophie de l’art de vivre

La thérapie essénienne sert à te poser sur un socle qui va développer en toi un véritable art de vivre. En te rencontrant, tu vas réveiller tes facettes endormies et te reconstruire avec tous « tes murs ».

Ta personnalité grandit et évolue, cela t’encourage.

Tu te spiritualises, tu adhères à des valeurs Universelles et à l’Amour cosmique.

Comment faire pour adhérer à ces valeurs?

Les sages depuis 50 000 ans nous ont transmis ces valeurs, c’est un cadeau précieux, car cela fonctionne ! Il suffit de désapprendre : En thérapie essénienne, sortir de nos croyances limitantes est liées à l’égrégore collectif. C’est un vrai chamboulement, changement d’habitudes vers une attitude saine fondée sur les principes universels. Cette attitude intérieure est un long processus de maturation spirituelle. Grâce au thérapeute essénien, notre enthousiasme et notre motivation cette attitude se transforme en art de Vivre.

Plus tu pratiques, plus tu te sens bien, plus ton âme s’affine et va s’élever vers des plans subtils. C’est un travail d’accouchements successifs de versions de toi même plus évoluées.

Malgré tout, quand une ancienne attitude reviens, se poser la question : Que ferais un sage à ma place ? Le visualiser et dire : que mes pensées soient tes pensées, que mes paroles soient tes paroles, que mon cœur soit ton cœur.

Un thérapeute énergéticien

C’est décristalliser une programmation, c’est à dire désapprendre une habitude, pour reconstruire, puis restabiliser une nouvelle façon de faire. Je fais ce choix, car il me rend plus heureux.

C’est éclairer et transformer l’inconscient et le subconscient.

Le thérapeute dépiste dans la gestuelle comportementale, l’intonation de voix, le contenu des phrases : des émotions, des systèmes de croyances, des habitudes de l’égrégore collectif ou familiales du patient.

Il tend le miroir au patient qui choisis (ou pas) de le voir puis de changer (ou pas) son comportement pour adopter une attitude nouvelle qui le rend plus heureux.

Pour toutes ces raisons, j’ai choisi cet art de vivre pour l’incarner et le transmettre par infusion et accompagner mon autre.