Pourquoi l’ostéopathie cranienne

Pourquoi l’ostéopathie crânienne : pour soigner autrement la migraine, les céphalées, les vertiges, la douleur musculaire, la sciatique…

Pourquoi l’ostéopathie crânienne ? Eh bien voyez-vous, dans ma vie d’avant, j’étais médecin généraliste, je pouvais accompagner des patients pour des symptômes variés : migraine, céphalée, vertiges, mal de dos, douleur musculaire, sciatique, etc. J’avais une lecture scolaire du symptôme. Avec l’expérience et la maturité, ma pratique a changée. La médecine du sport m’a amenée à l’ostéopathie structurelle qui m’a fait glisser vers l’ostéopathie crânienne.
En apprenant l’ostéopathie structurelle, j’avais déjà un outil puissant pour repositionner un dos, une articulation, un membre. Soulager une migraine, des céphalées, un vertige, des douleurs musculaires, une sciatique, une entorse de cheville.
J’étais heureux d’accompagner un sportif dans ce réajustement. Les résultats étaient là. Aussi bien pour la migraine, la douleur de dos, la sciatique, l’entorse de cheville. Quand j’ai découvert l’ostéopathie crânienne, je suis passé dans un autre plan de soin. J’avais accès à la globalité (cette raison  qui m’a amené vers le soin alternatif par rapport à l’allopathie). Je pouvais toucher à la structure avec une vision globale et non plus segmentaire.

Pourquoi l’ostéopathie crânienne : pour corriger une partie dans la vision du Tout.

Là, je prenais ma responsabilité de thérapeute hollistique. Pourquoi traiter une cheville si le genou, la hanche et le bassin ne sont pas à l’aplomb. Cela ne tient pas ! Pourquoi corriger le corps physique sans interroger les autres corps : énergétique, émotionnel , mental , causal ?
J’ai passé longtemps ma vie professionnelle à aller à la cause, cela reste un de mes fils conducteurs. Il me parait aujourd’hui évident qu’on ne peut traiter une entorse de cheville sans ajuster le corps en amont. Qu’on ne peut traiter les vertiges ou les troubles de l’équilibre sans corriger la posture. Qu’on ne peut traiter une migraine sans réfléchir dans quelles conditions elle apparait.
Soulager des douleurs musculaires ou une sciatique sans repositionner la colonne des cervicales au bassin .

Pourquoi l’ostéopathie crânienne apporte un plus indéniable ?

Dans le registre d’un symptôme qui touche à plusieurs segments ou fonctions:

  • les troubles posturaux: genu valgum, genu varum, syndrome rotulien , ..
  • les céphalées: migraine, céphalées de tension,
  • les vertiges: vrais vertiges ou faux vertiges: trouble de l équilibre
  • mal de dos, quel qu’il soit , quand la colonne n’est pas alignée de bout en bout
  • mal de dos avec sciatique, et douleurs musculaires
  • entorse de cheville ou de genou chronique , quand le corps à pris un schéma toxique de compensation qui empêche toute cicatrisation efficace.

 Les meilleures indications en ostéopathie crânienne :

  • les troubles posturaux (cyphose, scoliose, hyperlordose)
  • les migraines
  • les vertige
  • le mal de dos
  • les douleurs musculaires
  • la sciatique
  • les entorses de cheville ou d’autres articulations, aiguës ou chroniques.

Osthéopathie cranienne Paul Alimi

Pourquoi l’ostéopathie crânienne ? Le plaisir de l’ostéopathe crânien est placé là!   Rendre fluide et stable, l’épais et l’inconstant
Remettre dans l’axe, le patient qui s’en est écarté. Lui faire prendre conscience de l’inscription dans le corps d’un message. Outil d’évolution vers un changement. L’entorse de cheville montrera une instabilité de son socle (ses valeurs,  ses croyances qui établissent notre compréhension de la vie). La douleur du dos et la sciatique montrera des peurs, venant plutôt du passé (dos). Les vertiges et les troubles de l’équilibre peuvent signifier aussi un flottement de son socle. Les céphalées et les maux de tête sont des fusibles qui démontrent un non lâcher prise et une non prise de conscience d’une attitude toxique.

Le rôle du thérapeute guérisseur

Donner des pistes au patient pour qu’il puisse prendre conscience du cadeau que lui fait le corps à travers le symptôme, la céphalée, la migraine, les douleurs musculaires, la sciatique, l’entorse de cheville…
Quand l’éclair de la compréhension nous parvient, alors la leçon de Vie est là ! Comment alors mettre en place les paliers de changements progressifs qui nous mèneront à une libération face à une croyance, une blessure, une émotion qui nous limitent ?
C’est la connaissance et le travail sur Soi du thérapeute qui seront gage de succès.

Thérapeute à Théopie

Etre Thérapeute à Théopie,

souvent je me demande moi-même ou bien avec mes collègues Thérapeute à Théopie, ce qui définit un « thérapeute ». Quelles sont ses qualités, ses limites, quel est le cadre dans lequel il peut oeuvrer ?
C’est une démarche saine pour soi et pour l’autre que de le définir en toute transparence. Pour autant, le ressenti est important dans la relation de soin, c’est ce qui la rend unique et peu accessible à une quelconque stratégie qui pourrait amener une prise de pouvoir.
Malgré tout, définir un contenant reste pertinent afin d’ériger quelques lignes dictées par l’expérience (plus que millénaire) et l’angle de vue choisi face au demandeur. Ensuite , j’aborderais l’esprit du centre Theopie qui est né il y a plus de 3 ans!

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un thérapeute?

Être Thérapeute à Théopie, c’est avant tout être humain, sensible. C’est un thérapeute qui a fait un travail sur lui même suffisant pour ne pas projeter sur le patient ses propres émotions et croyances . Ce dernier peut alors évoluer dans un milieu serein et ouvert!

Il est à la fois noble (au service, à l’écoute, disponible…) humble (pas d’attente, pas de recherche de reconnaissance) et dans la remise en question de ses soins (supervision, compréhension des non-résultats) . Il doit avoir la sagesse de reculer quand il ne peut plus aider. Les questions à se poser,alors, pouvant être : Ai-je suffisamment abordé tous les axes de soins ? La personne a-t-elle envie d’avancer? Ne suis je pas qu’un palier dans son processus de guérison ?

On ne choisit pas d’être « guérisseur » , on l’est au plus profond de soi.  Très tôt nous vient l’envie d’accompagner la souffrance de notre prochain, d’être au service, car quelque chose en soi comprend la thématique qui est
en marche . L’ayant déjà traversée par le passé , le chemin nous est familier.

Être Thérapeute à Théopie, c’est comprendre que chaque Être vit et fait des expériences qui vont l’aider à grandir et découvrir cet humain lumineux qu’il est. La similitude nous rapproche et fait en sorte que l’on puisse communiquer cela à notre hôte, habité par ces mêmes histoires de vie qui nous ébranlaient hier!

Être convaincu de l’immense toile qui nous relie; en cela, nous allons nous croiser par effet de résonance. Notre taux vibratoire va attirer vers nous des personnes qui vont percevoir notre vibration et pressentir que l’on pourra tenir un espace de guérison afin qu’il s’ accompagne!

Définir avec notre client ses objectifs et faire en sorte qu’il puisse les générer par lui même .

Avoir une relation horizontale avec l’autre. Envisagez le lien comme un partage, un échange, sans injonction. Se servir d’exemples vécus pour illustrer le discours !Parler de soi , sans ambages, et ouvrir notre coeur ,c’est par effet miroir, encourager l’autre à se dépouiller des couches de protection de son moi profond!

Ne pas hésiter, quand la confiance est là à lui suggérer des activités ( physiques, artistiques, sociales, professionnelles,familiales …) qui pourront le ramener sur une autre voie. Quoi de plus beau que de voir une personne qui se redécouvre, retrouver son vrai visage et retrouver l’espoir ? Nous sommes les bergers des humains en quête de bien-être. D’où l’importance pour chacun d’entre nous de faire des exercices d’encrage terre-ciel ainsi que d’avoir des outils de protection et de nettoyage pour ne pas prendre les miasmes énergétiques dont peut se charger le centre de soin.

En conclusion, comprendre que plus que l’outil , c’est nous, avec tout notre Amour que nous offrons en miroir à notre « autre ».

Théopie, qu’est ce que c’est ?

L’espace où se déploie notre profession de foi! Reconnaitre le guérisseur en soi et le faire partager !

Ensuite c’est être co-thérapeute : Apprendre et comprendre les divers outils par lesquels nous pouvons aborder la souffrance humaine! Proposer au « client » un mode d’abord de sa problématique adapté, en collaborant si nécessaire avec un autre soignant.

Accompagner comme un grand frère les nouveaux Thérapeute à Théopie, pour qu’ils puissent eux aussi réaliser et enraciner leurs choix. Dans un lieu adapté, sacré, respectant l’intimité où peuvent se décristalliser les bouchons énergétiques gênant la libre circulation des courants vitaux (canaux subtils qui traversent le corps, chargés d’élan de Vie) .

Laisser le temps aux jeunes thérapeutes de démarrer leur activité avant de se présenter au groupe afin qu’ils puissent prendre le temps de se définir. Enfin, ouvrir le lieu, à l’art, sous toutes ses formes, car c’est la créativité , la liberté qui nous amène à la joie, ressort important de guérison!

Visiter le site de Théopie en cliquant sur ce lien : THÉOPIE

Atelier arbre généalogique à Théopie

Bonjour à tous,

Je suis psychanalyste transgénérationnel formé par le Jardin d’Idées, école créée par Didier Dumas et Danielle Flamenbaum.

Dans le cadre des ateliers du centre Théopie, je vous propose un atelier de découverte de l’arbre généalogique le samedi 19 mars 2016 ou le samedi 02 avril 2016 de 16h à 19h .

Cet atelier a pour but de mettre en lumière les liens à nos ancêtres, souvent bénéfiques, parfois faits d’entraves (secrets, non-dits, deuils impossibles,..) qui peuvent créer des répétitions et des empêchements de vivre. L’article ci-dessous vous donnera également une idée de ce travail.

Tout le monde est le bienvenu. Il suffit d’avoir quelques informations sur sa famille, par exemple sur ses grand-parents et ses parents, voir plus haut. Si possible le nom et les prénoms de chacun, date de naissance, décès, mariage, fratrie. Quoiqu’il en soit, venez avec ce que vous avez !
La participation est de 15 euros pour un atelier.
Merci de bien vouloir m’appeler pour tout renseignement ou pour réserver au 06 83 97 75 24.

A bientôt.

Ossian Perez
Centre Theopie: 20 rue de Varize 75016 M° Exelmans

L’ostéopathie crânienne en conscience

Comprendre l’ostéopathie crânienne en conscience

Depuis quelques mois, je développe une consultation bien différente par rapport à l’enseignement universitaire que j’ai acquis. C’est l’ostéopathie crânienne en conscience. Ce processus de maturation est la synthèse des différentes disciplines étudiées et de courants de pensées philosophiques spirituels reçus. Je ne me sens en rien dépositaire d’une quelconque méthode avec l’ostéopathie crânienne en conscience, cela ne m’appartient pas. Je transmet juste ce que j’ai reçu afin de rayonner un savoir millénaire au service de l’Humain. Mon attitude avec l’ostéopathie crânienne en conscience est simple : accueillir complètement «la souffrance» du patient dans l’empathie. Percevoir à travers le symptôme, l’éclairage haut que nous avons à intégrer. L’affection est vue comme un outil d’évolution et de compréhension, un miroir reflétant notre problématique d’ici et maintenant.

Ne pas éteindre la plainte, l’écouter comme un lanceur d’alerte…..

Quelques exemples de l’ostéopathie crânienne en conscience afin de comprendre ma démarche….

Mme R. 65 ans, une ancienne patiente que je connais bien et qui me fait confiance, souffre depuis 2 mois d’une sciatalgie droite, elle boite et ne dort plus la nuit. Malgré une première séance son état empire. Très inhabituelle, cette situation m’interpelle ! Qu’est ce que vous vivez en ce moment ? Je suis en cours de divorce et cela se passe mal ! Mon ex mari (ancien amour d’enfance ) refuse de me donner une pension amiable il faut en passer par la justice ! Cela me rend triste. Le corps  m’indique une inflammation sur le trajet sciatique droit prédominant sur le méridien vésicule biliaire. La lecture haute montre que cet homme (le coté droit) du passé (le dos) lui inspire de la rancoeur (méridien VB). A cet instant tout le corps de Mme R. tremble comme pour indiquer sa résonance avec ce qu’elle entend. Elle se lève du lit d’examen, elle ne boite plus, elle n’a presque plus de douleur. Comme souvent le geste salvateur doit être accompagné par une prise de conscience du corps . Le message entendu, le symptôme peut s’estomper.

Mr D. colosse black de 40 ans et contrôleur ferroviaire se plaint de son épaule droite. Luxée, puis opérée celle ci c’est mise à faire parler d’elle progressivement jusqu’à entrainer des douleurs telles qu’elles conduisent à son éviction de son poste . En arrêt depuis 6 mois, il fait de multiples soins kinésithérapiques sans résultats. Que se passe t il depuis ces derniers mois dans votre vie ? Je suis séparé de ma femme et de mes 2 enfants depuis 1 an, je souhaite revenir et ma femme serait d’accord, seulement la peur de retrouver ces moments de conflits m’en empêche.
Avec la lecture de l’ostéopathie crânienne en conscience j’identifie l’action (symbolisée par l’épaule) de son côté Yang (droit) entravée par la peur ! Une part de lui même souhaite rentrer (sa part de père) une autre part ne veut pas (son enfant intérieur qui ne désire pas de conflits). Cette équation insoluble crée le gel de l’action. A ces mots, notre hercule se désarticule, il est comme hébété face à une réalité qu’il connaissait mais qu’il n’imaginait pas s’être impactée dans son corps. Le visage défait il reconnait en balbutiant que ce discours lui parle et répète ces mots en litanie : C’est incroyable, c’est incroyable…

La prise de conscience est venue grâce à l’ostéopathie crânienne en conscience, le corps peut lâcher son symptôme, il a été entendu!

Ostéopathie crânienne, vue de l’intérieur

L’Ostéopathie Crânienne traverse le thérapeute.

Chacun me demande, après une séance en ostéopathie crânienne, ce que j’ai pu ressentir à leur endroit. Souvent, je suis pris de cours, car quand je finis un soin je suis comme au sortir d’un état hypnotique, j’éprouve le besoin de m’étirer et de me ré-ancrer comme après un grand voyage. En ostéopathie crânienne, pour être à l’écoute des tissus, voire des émotions qui y sont cristallisées, il m’est utile de m’ajuster à la fréquence vibratoire du patient, cela se fait naturellement, inconsciemment. Cela génère un « oubli de soi » qui permet de se rendre disponible à l’autre et l’accueillir dans sa totalité. Très vite, je rentre dans un état de conscience apaisé (ondes alpha).

Quelquefois, des mots ou des messages me viennent pendant la séance en ostéopathie crânienne et là, je peux poursuivre avec eux le dialogue et savoir si ces mots résonnent pour eux-mêmes. Quand c’est le cas (le plus souvent) nous explorons quel message nous est délivré et quel est le cadeau d’évolution délivré par notre corps-temple.

Histoires vécues en ostéopathie crânienne.

Jean P. 36 ans, vient me voir en en ostéopathie crânienne régulièrement pour ses lombaires récalcitrantes, le toucher imagé me renvoie vers des vertèbres lombaires apeurées tentant d’esquiver un possible coup ! La peur (siège dans les reins en médecine chinoise) s’était logée là et attendait affolée ! L’histoire montrait que sa fille, athlète de haut niveau, passait des concours et avait pépins sur pépins ce qui pouvait compromettre ses chances.

Ostheopathie cranienneChristiane T, 80 ans, vient de loin avec sa canne anglaise. Elle vient pour une névralgie cervico brachiale et une impotence fonctionnelle à la marche suite a une compression chronique d’un nerf de sa jambe gauche.
Je fus d’emblée interpellé par une non-présence de la jambe gauche, comme si le corps, pour ne plus souffrir, l’avait mis entre parenthèses. Le mot jachère m’est venu à l’esprit, on en a parlé et la patiente a pu retrouver l’usage progressif de sa jambe. Elle m’a demandé ce que j’avais fait et j’ai du réfléchir un instant (car ce sont souvent les mains qui font, quasiment déconnectées du mental) et lui dire :
« J’ai mis ma conscience sur cette zone déshabitée et par le seul fait d’être vue, elle a repris vie », comme si la conscience et la lumière du thérapeute la nourrissait.

Nathan R. 24 ans, beau garçon vit harmonieusement chez ses parents mais depuis 3 ans il vit un cauchemar. Il vient me consulter en en ostéopathie crânienne car depuis sa sciatique gauche et son intervention chirurgicale un an plus tard, il souffre énormément. Avec le temps, la sciatique s’est estompée mais une sacralgie inflammatoire a pris sa place. A deux reprises le dialogue avec le corps signale un trajet sciatique inflammatoire patent, verrouillé à double tour comme pour l’empêcher de s’exprimer. A son écoute, ce trajet douloureux a commencé à moins se rebeller, puis à s’éteindre.
Accueillir nos perceptions sans attente particulière ni préjugé de la plainte subjective du patient est essentiel. « Le patient ne sait pas, le médecin ne sait pas, seuls les tissus savent » Dr Sutherland (père de l’ostéopathie crânienne).
En parlant avec lui, Nathan R. reconnait sa manière Yang d’aborder la vie, il est dans l’action et n’a pas le temps de prendre soin de son organisme, ce dernier étant le petit soldat au service du mental qui prend les décisions.

Quand je rencontre Michelle P. 48ans, c’est dans le cadre d’une rencontre familiale. Elle est en surpoids, abattue et souffre depuis quelques années de rachialgies. Celles-ci sont focalisées aux lombaires avec des irradiations postérieures dans les cuisses. La séance va faire apparaitre une dysharmonie du mouvement crânien, incapable d’initier une transmission énergétique efficace au reste du corps. Par ailleurs, je suis frappé par une mobilité anarchique du sacrum (déjà observé avec d’autres patients). Avec beaucoup de patience, je lui laisse le temps de se replacer en écoutant son message : « mon sacré, mon féminin sacré, n’est pas placé en moi ! »

Tout en me demandant si elle est prête à l’entendre je lui parle en fin de session de mon ressenti sur le plan mécanique. « A quoi cela correspond ? » me dit-elle « le féminin sacré, ne trouve pas sa place ! » Il y a 6 ans, j’ai été opéré d’une hystérectomie totale et cela a mis l’éteignoir sur mon désir d’enfant, ne vivre que pour soi est une vie égoïste !

Comment l’émotionnel et le mental sont en corrélation avec le corps physique (précieux outil pour mettre à jour nos problématiques).

En ostéopathie crânienne, le toucher crânien subtil, qui passe par le prisme du praticien, peut aider à répondre à la question : « Que me suis-je créé? Comment le décoder par le langage du corps et enfin que dois-je bouger dans ma vie pour le dé-créer ?
C’est bien le rôle du thérapeute-guérisseur en ostéopathie crânienne que d’accompagner l’autre dans sa quête d’évolution, où le symptôme est un outil.

Principe de santé, le concept

Principe de santé, la base

A la base du principe de santé il y a l’équilibre du corps. Le corps est le grand ordonnateur des systèmes régulateurs et fonctionnels régissant la Vie. Il gère en harmonie leur interdépendance. Il est apte à la cogestion des appareils entre eux et à l’homéostasie (capacité que peut avoir un système à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes extérieures.)
Notre vitalité, souvent diminuée par le stress physique et psychique, pourra entrainer une faille de l’autorégulation naturelle de l’organisme, une perte de son immunité, de sa capacité à interagir avec le contexte. Et ainsi à la maladie d’apparaitre.

Principe de santé, l’intervention

Dans le principe de santé, notre intervention se situe en amont de toute affection, quand les symptômes sont épars et pas encore regroupés en 1 syndrome. Si on met en place une compréhension de ce qui génère la Santé, on va anticiper afin de pouvoir la préserver. Le principe de santé s’appuie sur des piliers structurants

  • Alimentation saine
  • Qualité de sommeil
  • Pensée saine
  • Décristallisation des émotions au fur et à mesure de leur genèse
  • Activité physique régulière
  • Réseau professionnel, amical, familial

Principe de santé, par nature

Autour du principe de santé, la proximité avec la nature est indispensable. La nature se met spontanément au service de l’homme. La nature est généreuse, la profusion de ses ressources est une véritable aubaine pour l’équilibre de la santé humaine. L’arbre est un humain, l’hêtre un être, le chêne, la justice et la force, etc.
L’arbre sur lequel on s’appuie, donne l’info à tous les autres éléments de la nature afin que chacun offre à l’homme la matière pour qu’il préserve une bonne Santé

Principe de santé par la Probiotique

La probiotique est une méthode globale pour le principe de santé avec une approche holistique. Cette approche prend en compte tous les corps (physique, éthérique, émotionnel, mental et causal) qui sont bien souvent séparés dans la médecine allopathique moderne.
Les outils dont on dispose dans cette approche sont:

  • Les bases nutritionnelles
  • Les conseils pour un sommeil de qualité
  • La pratique de la méditation
  • La pensée positive et le parler juste
  • La médecine chinoise, l’ostéopathie pour décristallisation émotionnelle
  • Les huiles essentielles : solution naturelle pour les symptômes éparses

Le thérapeute dans le principe de santé est un accompagnant bienveillant du patient pour qu’il retrouve sa nature originelle, celle qui ne connait pas la faille.

L’ostéopathie crânienne, ma conception

L’ostéopathie crânienne, historique.

Il y a l’origine de l’ostéopathie crânienne, en 1930, l’élève du Dr Still (inventeur de l’ostéopathie), le Dr Sutherland (1873-1954). Ce dernier imagina une idée folle : le crâne bouge ! animé par un Mouvement Respiratoire Primaire (MRP). Ce mouvement, initié par les cellules nerveuses qui se dilatent et se rétractent rythmiquement, se transmet à toute la colonne vertébrale grâce à l’enveloppe du cerveau et de la moelle épinière (les méninges). De l’axe cerveau moelle, il va dans le corps entier. Ce concept révolutionnaire donne naissance à l’ostéopathie crânienne et jusqu’à ce jour, il nous a permis d’aborder le corps différemment. L’ostéopathie crânienne permet à la fonction vitale interne de manifester sa présence dans la circulation énergétique du corps.

L’ostéopathie crânienne dans mon histoire. 

Sans mettre ma pratique de l’ostéopathie crânienne au niveau de ces 2 ténors, j’ai harmonisé mon approche ostéopathique avec mon être profond. Persuadé que l’on ne transmet que ce que l’on est, j’ai toujours pensé qu’il fallait bien se connaitre afin de purifier l’outil qu’est notre Humain . Comment percevoir et appréhender « l’autre » si l’on est parasité par ses miasmes et failles personnelles ?
Comment instaurer un champ énergétique d’unité afin de percevoir l’autre en Soi ? Pour au final, transcender les limites et ne faire qu’un le temps du soin.
Comment accompagner dans l’empathie si nous n’avons pas conscience que nos avis, conseils, sont prodigués à partir du petit moi qui souffre et ne s’est en rien libéré de ses chaines ? Ma démarche a été depuis longtemps de nettoyer l’outil qui soigne afin que, vide, il puisse accueillir le plein. Moine zen depuis 10 ans, je pratique régulièrement la méditation depuis 17 ans. Depuis 4 ans je suis engagé dans un groupe de thérapeutes afin de comprendre et appliquer certains principes de santé pour moi puis les transmettre aux patients.

Ma pratique de l’ostéopathie crânienne.

Ayant intégré les enseignements de mes Maitres ostéopathes, l’infusion c’est faite au travers de ce que je suis. Venant de la philosophie bouddhiste du « lâcher prise », pratiquer sans but ni profit, travail dans l’ici et maintenant, je ne pouvais être dans une stratégie « de résultat immédiat », d’explications mentales et mécanicistes rassurantes, d’applications de protocoles plaqués sur un symptôme.
Dans une recherche de cohérence quand le patient est sur le divan d’examen, je m’ancre au sol et je me met en méditation. Le mental déconnecté, quelque chose en moi régule et harmonise corps et esprit. Ce n’est pas un lâcher prise complet, comme dans le Zen. J’initie un sens évolutif au schéma corporel que je perçois et souvent le mécanisme d’autoguérison du patient prend le relai. Je l’informe, il prend conscience et opère ! En fin de séance, le patient et moi même sommes en « alpha » détendus, relâchés. Je n’ai presque plus de souvenirs de ce qui c’est réellement passé, « cela fonctionne » en synergie dans l’invisible. La posture est rééquilibrée, les douleurs sont plus diluées. L’ostéopathie crânienne dans la continuité des séances réinformera par paliers jusqu’au mieux être complet. Mes consultations se complètent avec des clés utiles à la compréhension du message envoyé par notre corps.