Le médecin du sport prescrit le sport

Comment devient-on Médecin du sport ?

Tout naturellement, enfant, on pratique des jeux, puis des joutes, ensuite on en découvre les effets bénéfiques sur nos différents corps. D’abord le corps physique : les muscles (dont le cœur) sont ravis d’être en mouvements. Ensuite, le corps énergétique, on y trouve un regain de vitalité. Ensuite le corps émotionnel, qui ne reste pas sur l’affect, puis le corps mental (ça lave la tête dit-on). Enfin le corps spirituel (effet méditatif d’une séance de jogging ou de vélo). On devient médecin du sport, car on en a éprouvé les effets bénéfiques. Le sport draine, le sport nettoie, le sport coordonne, le sport harmonise, le sport grandit. Le sport confronte nos qualités aux partenaires, le sport nous apprend à nous rencontrer et à connaitre l’autre sous d’autres aspects. Le sport est un miroir de l’humain et de l’Humanité, c’est une école de la Vie

Le médecin du sport prescrit le sport.

Le sport offert à ses patients. Le sport prescrit comme outil thérapeutique, le sport pour l’arthrose, le sport pour le coeur, le sport prescrit pour l’artérite, le sport pour l’obèse, le sport pour le diabète. Le sport prescrit pour détendre, le sport pour renforcer, le sport pour éliminer. Le plaisir du sport, la socialisation de l’entraînement commun et le choix partagé d’une même spécialité sportive.

Le choix de la discipline peut se faire entre médecin du sport et patient ?

L’idée de pratiquer une activité sportive, un sport prescrit, comme une proposition alternative à une affection (la course à pied pour le diabète, le yoga et la natation pour l’asthmatique, le volley-ball et la natation dorsale pour la scoliose, etc.) On pense aux sports collectifs pour les timides, qui ont un problème de socialisation, aux sports de combat pour les plus couards, aux sports de balles pour les malhabiles, le yoga ou le tai-chi pour les hyperactifs, etc.

L’autre façon est de diriger l’envie du sportif en fonction de ses qualités propres, son caractère, la proximité d’un club sportif, le climat, la diététique, etc. Un sportif diabétique, un sportif asthmatique, un sportif scoliotique, un sportif malvoyant, un sportif malentendant, un sportif en surcharge pondérale, un sportif maladroit doivent avoir une écoute différente.

Quelle dose de sport ?

Comme pour tout sport, prendre la voie du milieu. Suffisamment pour mettre notre corps en mobilité, pas trop de sport pour éviter de répéter souvent les mêmes gestes et enflammer nos tendons. Intégrer le sport dans la vie du patient peut s’avérer être une très bonne thérapeutique. Encore faut-il que le sport se fasse avec motivation.
Aussi, toujours vérifier avec les parents et l’enfant si le sport paraît judicieux, aux goûts propres du sportif. Trouver la dose de sport, le type de sport, le niveau sportif adapté, la proximité d’un club sportif avec le sportif ou ses parents. Ce sera ce partage interactif entre le médecin du sport et le sportif qui assurera la pérennité de la pratique sportive.


Pourquoi le médecin du sport recommande-t-il la pratique du sport ?

Le sport comme outil thérapeutique, le sport pour canaliser notre énergie, le sport pour vitaliser, le sport pour drainer, le sport pour nettoyer, le sport pour gérer nos émotions. Le sport pour apprendre le partage, le sport pour le sens de l’effort, le sport pour respecter le partenaire, le sport pour respecter son corps, le sport pour écouter son corps, le sport pour s’évaluer, se dépasser, s’harmoniser avec les éléments(eau, air, vent, terre, feu…)

 

Certificat d’aptitude chez le médecin du sport

Le médecin du sport est avant tout un médecin

Avant d’être médecin du sport, nous faisons des études complètes en médecine générale. Outre les sciences fondamentales (anatomie, physiologie, biologie, biochimie, etc….) nous abordons chaque spécialité (cardiologie, pneumologie, etc…) avec leurs affections spécifiques. Cela nous permet de voir comment, à partir d’un obstacle à la physiologie, l’organisme peut se dérégler.
Il en est de même avec la médecine du sport. L’appareil ostéo-articulaire avec son haubanage tendino musculo ligamentaire peut lui aussi se laisser déborder par hyperutilisation, traumatisme, gestes répétés (service, smash, etc…), troubles posturaux, etc…
L ‘avis du médecin du sport se fait à l’aune de notre formation en médecine générale : la nutrition, l’hygiène de vie, la prévention, etc…
L ‘appareil ostéo musculaire n’est pas séparé des autres organes, ni même du cerveau (mental et émotionnel) et on ne peux imaginer la médecine du sport isolée des autres systèmes (cardiaque, pulmonaire, etc….)

                       Le médecin du sport regarde le symptôme avec une vision globale


On ne devient pas médecin du sport par hasard

Ce qui m’a amené à la médecine du sport, c’est avant tout d’en pratiquer moi même. D’avoir partagé, transpiré, traversé mes peurs, dépassé mes limites et grandit via l’effort physique. Ensuite, j’avais l’idée que les valeurs du sport : courage, détermination, dépassement de soi, partage, me permettraient de voir des patients « en bonne santé physique et mentale ». C’était plus engageant que de voir des patients empêtrés dans une affection. Pour être parfaitement honnête, j’avais aussi besoin de la reconnaissance (en tant que médecin d’équipe..) que je n’aurais pu avoir sur mes qualités sportives intrinsèques.

            Tout cela m’a amené à Etre ce que je suis : médecin du sport


médecine du sport - Paul Alimi - Pariis 16eLe certificat d’aptitude au sport est une consultation particulière

Ce qui en fait l’originalité, c’est qu’elle est singulière à chacun des sportifs entrant dans mon cabinet. Ce sera différent si on choisit un sport individuel ou collectif, d’endurance ou de résistance (sprint,haltérophilie…), de combat ou un art martial spirituel (taï chi, yoga,…) On ne testera pas les mêmes fonctions, les questions seront distinctes pour chacun.
Outre les qualités physiques, les vertus émotionnelles et mentales peuvent être abordées. Certains vaccins seront importants. La consultation pourra se prolonger par des examens complémentaires si l’on découvre une affection patente ou une hérédité défavorable.
Il s’agit là d’une enquête prospective afin de mettre notre sportif dans les meilleures conditions pour pratiquer sa passion.

« Le corps d’un athlète et l’âme d’un sage, voilà ce qu’il faut pour être heureux »

        Voltaire, philosophe des Lumières

Principe de santé, le concept

Principe de santé, la base

A la base du principe de santé il y a l’équilibre du corps. Le corps est le grand ordonnateur des systèmes régulateurs et fonctionnels régissant la Vie. Il gère en harmonie leur interdépendance. Il est apte à la cogestion des appareils entre eux et à l’homéostasie (capacité que peut avoir un système à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes extérieures.)
Notre vitalité, souvent diminuée par le stress physique et psychique, pourra entrainer une faille de l’autorégulation naturelle de l’organisme, une perte de son immunité, de sa capacité à interagir avec le contexte. Et ainsi à la maladie d’apparaitre.

Principe de santé, l’intervention

Dans le principe de santé, notre intervention se situe en amont de toute affection, quand les symptômes sont épars et pas encore regroupés en 1 syndrome. Si on met en place une compréhension de ce qui génère la Santé, on va anticiper afin de pouvoir la préserver. Le principe de santé s’appuie sur des piliers structurants

  • Alimentation saine
  • Qualité de sommeil
  • Pensée saine
  • Décristallisation des émotions au fur et à mesure de leur genèse
  • Activité physique régulière
  • Réseau professionnel, amical, familial

Principe de santé, par nature

Autour du principe de santé, la proximité avec la nature est indispensable. La nature se met spontanément au service de l’homme. La nature est généreuse, la profusion de ses ressources est une véritable aubaine pour l’équilibre de la santé humaine. L’arbre est un humain, l’hêtre un être, le chêne, la justice et la force, etc.
L’arbre sur lequel on s’appuie, donne l’info à tous les autres éléments de la nature afin que chacun offre à l’homme la matière pour qu’il préserve une bonne Santé

Principe de santé par la Probiotique

La probiotique est une méthode globale pour le principe de santé avec une approche holistique. Cette approche prend en compte tous les corps (physique, éthérique, émotionnel, mental et causal) qui sont bien souvent séparés dans la médecine allopathique moderne.
Les outils dont on dispose dans cette approche sont:

  • Les bases nutritionnelles
  • Les conseils pour un sommeil de qualité
  • La pratique de la méditation
  • La pensée positive et le parler juste
  • La médecine chinoise, l’ostéopathie pour décristallisation émotionnelle
  • Les huiles essentielles : solution naturelle pour les symptômes éparses

Le thérapeute dans le principe de santé est un accompagnant bienveillant du patient pour qu’il retrouve sa nature originelle, celle qui ne connait pas la faille.